Tous les articles par Rédaction

BONNE NOUVELLE ! Bouyer-Leroux abandonne son projet de carrières et de briqueterie en Pays de Bray

Chères adhérentes, chers adhérents, chers concitoyens,

Malgré les pronostics de certains oiseaux de mauvaise augure et d’autres franchement pessimistes concernant le projet Bouyer-Leroux, il semble que nos actions pendant ces presque trois années aient porté leurs fruits :

  • Engagement de Corinne Lepage via son cabinet Huglo-Lepage
  • Visites individuelles de nombreux maires et députés de la région
  • Visites du précédent président de région et du staff du président de région actuel
  • Mises en garde des associations locales pour la protection de l’environnement compte tenu de leurs attitudes très ambiguës
  • Procédures auprès des organismes concernés (SAFER, CADA, communes, communauté de communes…)
  • Réunions publiques d’information pour la population dans beaucoup de communes touchées ou visées
  • Tractages dans les boîtes aux lettres des communes faisant l’objet du projet
  • Affichage de nos panneaux de contestation sur les maisons des membres
  • Communication avec la presse écrite et la télévision
  • Stands publics d’information.

C’est avec un grand plaisir que je peux vous annoncer aujourd’hui que l’industriel BOUYER-LEROUX, instigateur de ce projet dévastateur pour le Pays de Bray a organisé jeudi, 19 octobre 2017, une réunion avec des maires de communes concernées et des journalistes, pour annoncer sa décision d’abandonner son projet de création de multiples carrières et d’une usine de briques.

Cela dit, il nous incombe de rester extrêmement vigilants pour l’avenir par rapport à cette décision qui ne veut pas dire que l’industriel n’essayera pas de réitérer son projet dans quelques années !

À ce titre, je proposerai, en tant que président, à l’assemblée générale extra-ordinaire prochaine de mettre les fonds récoltés jusqu’à présent en réserve (les termes exacts restent à étudier avec nos juristes et vous seront proposés lors de cette assemblée) afin d’être parés dans le cas où BOUYER-LEROUX ou tout autre industriel aurait la mauvaise idée de remettre le beau Pays de Bray à nouveau en danger. La date de cette assemblée vous sera communiquée prochainement.

Nous transmettrons également une demande à la SAFER par courrier recommandé pour connaître le délai dans lequel elle remettra les terrains préemptés pour ce projet industriel à la vente pour acquisition par les agriculteurs locaux.

Nous vous joignons en bas de ce message le lien vers l’article paru dans Paris-Normandie témoignant de cette décision et dans lequel Colette Bertrand, maire de Sommery, s’obstine à répéter que cette décision serait dommageable pour l’emploi dans la région. Pourtant, nous avons démontré dans toutes nos réunions publiques et le dossier de plus 80 pages que nous avons laissé à chaque politique ainsi que sur notre site Internet, que le bilan emploi, c’est-à-dire le nombre d’emplois créés par BOUYER LEROUX moins le nombre d’emplois détruits à cause de la suppression de surfaces agricoles, d’emplois dans le tourisme local, de projets de création d’entreprises ou d’autres emplois (voir témoignages sur notre site Internet) etc., était largement NÉGATIF. Le mirage de la création d’emploi par ce projet ne veut visiblement pas se dissiper.

Le projet BOUYER-LEROUX avait bloqué en grande partie le marché de l’immobilier sur les communes touchées et visées, voire même au-delà. Certaines ventes immobilières ont été annulées et d’autres ont été uniquement rendues possibles en consentant des rabais importants sur la valeur des biens. Afin de débloquer le marché de l’immobilier et permettre à nos concitoyens de céder éventuellement un bien dans notre jolie région et motiver les acquéreurs potentiels, nous recommandons à nos membres de retirer pour l’instant nos panneaux de contestation de leurs maisons, mais de les préserver précieusement, au cas où il faudrait recommencer le combat. Ces panneaux représentent un coût et leur préservation constitue une future économie pour l’association.

Pour finir, l’ensemble du bureau souhaite remercier chacun de nos adhérents et sympathisants pour leur soutien, peu importe s’il était financier et/ou physique et/ou intellectuel. L’effort de chacun de nous a mené à ce résultat extrêmement positif pour le Pays de Bray. Merci !

Cordialement,

Christophe MARSILLE
Non aux Carrières et Briqueterie en Bray

Cliquez ici pour visionner l’article dans Paris-Normandie
(Vous devez éventuellement accepter une page de publicité pour pouvoir lire l’intégralité de l’article)

Lettre ouverte au Maire de Forges les Eaux, Michel Lejeune concernant ses propos sur France 3 Normandie

 

Mairie
Monsieur Michel LEJEUNE
37, place Brévière

76440 FORGES LES EAUX

Sommery, le 07.07.17

 

LETTRE RECOMMANDÉE A/R / LETTRE OUVERTE
Propos tenus sur France 3 Normandie le 28.06.17


Monsieur LEJEUNE,

Votre intervention dans le journal télévisé de France 3 Normandie du 28 juin 2017, nous amène à vous répondre et à vous interroger sur plusieurs points.

Voici une transcription de votre déclaration concernant le projet de carrières gigantesques dans le Pays de Bray prévu par l’industriel BOUYER LEROUX :

« A Forges par exemple, il y avait au dix-neuvième siècle trois usines de fabrication de briques. Ce n’est pas quelque chose de nouveau. C’est recréer une briqueterie dans le pays de Bray. C’est créer une quarantaine d’emplois et puis des emplois qui ne sont pas obligatoirement des emplois avec beaucoup de formation. Pour nous, c’est essentiel quand même. »

  1. Vous parlez du 19e siècle.
    Nous sommes DEUX siècles plus tard et les intérêts et la conscience collective sont différents. Dans les années 1800, il y avait des hommes avec des pelles et des brouettes, pas d’engins mécaniques, ni de camions aussi puissants, mais des charrettes tirées par des chevaux. Avec ce projet, on envisage une capacité d’extraction de 200.000 tonnes.
    A cette époque, il n’y avait pas de tourisme.
  2. Les briqueteries et les carrières étaient à taille humaine et à une échelle beaucoup plus petite comparée à celle de l’usine envisagée. L’usine à elle seule doit faire plus de 10 hectares et il s’agit d’exploiter de multiples carrières de plusieurs dizaines d’hectares chacune. Le projet Bouyer Leroux est pharaonique comparé à l’activité des briqueteries du 19e siècle. Vous semblez avoir perdu le sens des surfaces et des volumes. L’activité de Bouyer Leroux n’a rien à voir avec la tradition du Pays de Bray. Cela représente une lourde industrialisation d’une région avec seulement quelques dizaines d’emplois à la clé.
  3. Vous évoquez la création de 40 emplois.
    Il y a encore quelques mois, lors de notre entrevue dans votre bureau de Forges les Eaux, vous nous indiquiez la création de 90 emplois. D’où sortez-vous ce nouveau chiffre revu à la baisse puisque le projet n’a pas encore été déposé ?
    Compte tenu du niveau d’automatisation des usines de briqueteries de dernière génération, ce chiffre paraît toujours trop élevé.
  4. Vous précisez également qu’il s’agit d’emplois qui ne nécessitent « pas beaucoup de formation ».
    Selon vous, les Brayons aspireraient-ils majoritairement aux emplois de bas niveau, mais d’où viendraient alors les « cerveaux » pour les diriger ?
    Ce serait faire preuve d’un grand mépris pour vos administrés et ceux des autres communes.
    Vous ne pouvez donner aucune garantie sur la quantité et la qualité d’emplois réellement créés puisque l’industriel a comme habitude de transférer des salariés d’autres sites suivant ses besoins pour éventuellement reclasser du personnel.
    De plus, « pas beaucoup de formation » veut dire automatiquement pas beaucoup de salaire.
  5. Vous semblez ignorer que les salariés de briqueteries sont soumis à des contrôles plus sévères en matière de prévention de maladies pulmonaires. Compte tenu des risques auxquels ils sont exposés (poussière de silice et métaux lourds), des tests respiratoires réguliers sont nécessaires et des radiographies thoraciques peuvent s’imposer.
  6. Quelles sont toutes les motivations qui vous poussent avec d’autres élus tels que le maire de Neufchâtel en Bray, Xavier Lefrançois ou encore le maire de Sommery, Colette Bertrand, à soutenir ce projet ?
    Combien d’emplois avez-vous créés ? Combien de projets avez-vous soutenus, financés dans le tourisme et autres activités non polluantes, non-destructrices de l’environnement les dernières décennies avec des fonds régionaux, nationaux voire européens ?
    Votre soutien au projet de l’industriel BOUYER LEROUX, va tout à fait à l’encontre de ces investissements et initiatives. Il anéantit le travail accompli dans le passé.
  7. Il est facile de prendre une telle position quand sa propre commune n’est pas concernée. C’est différent pour les autres élus, car il leur faudra réfléchir aux conséquences dans les urnes.

Votre comportement qui manque franchement de vision à long terme pour un développement durable de notre région, est un défi à relever pour nos élus.

Avec votre attitude, vous privilégiez une politique des siècles passés qui est erronée et qui n’a fait que détruire l’environnement et détériorer l’espace vital de l’homme. Ces temps sont révolus.

Veuillez agréer, Monsieur LEJEUNE, nos salutations distinguées.

Christophe MARSILLE
Président
Pour le bureau de l’association

Découverte et sauvegarde du Pays de Bray

Face au projet de briqueterie et de carrières par la société Bouyer-Leroux, l’association Non aux Carrières et Briqueterie en Bray vous propose 3 randonnées pédestres d’information et de découverte du patrimoine naturel et historique local pour voir les sites convoités par le groupe industriel BOUYER LEROUX.

Tout en marchant, vous pourrez découvrir précisément les espaces visés pour la briqueterie et les carrières et discuter avec les intervenants. Ils évoqueront les impacts du projet sur les richesses locales : le paysage particulier de la boutonnière brayonne, les ressources agricoles durables, la biodiversité ordinaire et remarquable, le petit patrimoine historique et archéologique, la ressource en eau…

Les randonnées sont ouvertes et accessibles à tous, enfants et adultes, et gratuites. Se déroulant depuis les voies publiques et les chemins ruraux, il est souhaitable de se munir d’un gilet jaune S.V.P.

La première randonnée aura lieu le 26 juin à Sommery. Rendez-vous à 9 h30 devant la mairie. Parcours de 6,5 km. Durée : 2h30 à 3 heures environ en comptant des arrêts pour observer et échanger en toute convivialité.

Possibilité de pique-niquer ensemble à l’issue de la randonnée (chacun amène son casse-croute).

Deux autres randonnées sont proposées : le 25 septembre sur la commune de la Ferté – Saint-Samson et le 16 octobre sur la commune de Sainte-Geneviève.

Pour une meilleure organisation, merci de réserver au préalable en téléphonant au 06.24.14.56.96